Néandertal touché par les maladies amenées par Homo sapiens ?

Les Néandertaliens pourraient avoir été infectés par des maladies transportées par des humains venant d’Afrique selon une étude génétique universitaire.

L’étude
Les études ont été menées conjointement par les universités de Cambridge et d’Oxford. La recherche a porté sur le génome de pathogènes et l’ADN d’hominidés anciens. L’une des premières conclusions concerne certaines maladies infectieuses qui seraient beaucoup plus anciennes qu’on ne le pensait, plusieurs milliers d’années en arrière !
L’étude a été publiée par l’équipe dirigée par le Dr Charlotte Houldcroft (Division d'anthropologie biologique de Cambridge)  dans la revue américaine Journal of Physical Anthropology.

Des maladies venues d’Afrique avec Homo sapiens
Nous savons qu’Homo neanderthalensis et Homo sapiens se sont génétiquement croisés. Nous savons également que les humains ont été exposés à des maladies d’autres  homininés en Afrique. Il est donc logique qu’Homo sapiens se déployant en Eurasie ait, à son tour,  transmis des maladies à Néandertal.
C’est en fait la proximité des deux espèces  (Sapiens et Néandertal) qui expliquerait comment des maladies peuvent « sauter » d’une population à une autre. Les agents pathogènes ont certainement trouvé de nombreuses ressemblances entre les 2 hominidés, en tout cas suffisamment pour avoir un impact et affaiblir Néandertal. Cela pourrait même avoir contribué à la disparition des Néandertaliens.
Le Dr Houldcroft indique que la plupart des infections susceptibles d'avoir été transmises de l'homme aux Néandertaliens - tels que le ténia, la tuberculose, les ulcères d'estomac et quelques types d'herpès - sont des maladies chroniques qui auraient pu attaquer les chasseurs-cueilleurs  néandertaliens. Malades et affaiblis, ils auraient été moins aptes et capables de trouver de la nourriture, ce qui pourrait avoir catalysé l'extinction de l'espèce.

Des populations adaptées à leurs propres maladies…
« Les humains migrant hors de l'Afrique ont pu être un important réservoir de maladies tropicales », dit Charlotte Houldcroft. « Pour la population de Néandertaliens vivant en Eurasie et forcément adaptée à son propre environnement géographique avec ses maladies infectieuses, l'exposition à de nouveaux agents pathogènes importés d'Afrique a dû être catastrophique. »
De son coté, Homo sapiens, a tiré bénéfice de composants génétiques par métissage qui ont pu le protéger de certains agents pathogènes :  la septicémie d'origine bactérienne (empoisonnement du sang par des plaies infectées) et l'encéphalite amenée par des tiques qui peuplaient les forêts de Sibérie.

Un cocktail de maladies pas mortelles mais handicapantes
Parmi les maladies possiblement transmises à Néandertal, les chercheurs décrivent Helicobacter pylori , une bactérie qui provoque des ulcères d'estomac. On estime que cette bactérie a d'abord infecté des Homo sapiens en Afrique il y a 88 000 à 116 000 ans , et s’est ensuite propagée en  Europe il y a 52 000 ans.
Herpes simplex 2, le virus responsable de l'herpès génital, est un autre coupable possible. Le génome de cette maladie indique qu'il a été transmis à l'homme en Afrique il y a 1,6 million d' années par une autre espèce d’hominidés (inconnue à ce jour).

Pour  Charlotte Houldcroft , " Les chasseurs-cueilleurs néandertaliens  vivaient en petits groupes de 15-30 membres pour la  recherche de nourriture. Si une maladie touchait les membres, la diffusion était forcément limitée du fait du faible nombre d’individus. »

Les dernières hypothèses pour expliquer l'extinction de Néandertal sont, entres autres, le changement climatique, la concurrence avec Sapiens dans l’utilisation des ressources, les possibles avancées technologiques des hommes modernes…  Si l’on rajoute le fait que les Néandertaliens étaient affaiblis il apparaît que c’est certainement une combinaison de plusieurs facteurs qui est à l’origine de leur disparition.

C.R.

Sources :
ScienceDaily,
OnlineLibrairy

 

SOURCE : Hominidés

Actualité