L'abri de Cap Blanc

Abri sous roche

Emplacement

A24 44° 56' 44.16" N, 1° 5' 48.984" E
FR
Période (Chronologie): 
Magdalénien
Technique(s): 
Sculpture(s) profonde(s)
Peinture(s)
Représentation(s): 
Chevaux
Bisons
Bouquetins
Reste(s) ou Trace(s) d'humain(s): 
Occupations humaines

L'abri de Cap Blanc est un abri-sous-roche préhistorique comportant des sculptures d'animaux datées du Magdalénien. Cet abri se trouve sur la commune de Marquay sur la rive droite de la Beune, à quelques kilomètres à l'est des Eyzies-de-Tayac, en Dordogne.

L'art rupestre de cet abri-sous-roche se caractérise par des sculptures profondes, dont certaines en haut relief, datant de 15 000 ans BP, disposées en frise. Elles représentent une dizaine de chevaux (dont un mesurant 2,20 m de long), au moins trois bisons, un bouquetin et des figures imprécises.

La frise sculptée occupe 13 des 16 mètres de l'abri. Les figures animales étaient probablement, à l’origine, rehaussées de couleurs ; des traces d'ocre rouge sont effectivement visibles sur la paroi. Par la vigueur et la profondeur de ses reliefs, certainement exécutés à l'aide des pics en silex retrouvés lors des fouilles, l'abri du Cap Blanc est présenté comme l'un des chefs-d'œuvre de la sculpture pariétale monumentale du Paléolithique supérieur.

Peu d'abris sculptés sont connus : à l'heure actuelle, pour la période du Magdalénien moyen, on peut citer le Roc-aux-Sorciers (Angles-sur-l'Anglin, Vienne), la Chaire-à-Calvin (Mouthiers-sur-Boëme, Charente) et l'abri Reverdit à Castel Merle (Sergeac, Dordogne). Ces abris ont tous la particularité d'associer art rupestre et occupations humaines, fait rare pour les sites ornés. Cela démontre que l'art paléolithique ne se limite pas aux grottes profondes, dans lesquelles les hommes n'ont pas vécu, et que les hommes préhistoriques ornaient aussi leurs lieux de vie.

Source : Wikipedia