Les visiteurs de la grotte du Pech Merle sont identifiés

Ce n’est pas une enquête policière mais  presque… Des chercheurs allemands ont pu déterminer le profil des paléolithiques qui ont évolué dans la grotte ornée du Pech Merle, il y a plus de 15 000 ans.

Les empreinte de pas dans la grotte ornée du Pech Merle
La grotte du Pech Merle est connue depuis 1922. Elle a successivement été étudiée par l’abbé Lemozi, André David, Michel Lorblanchet … Même si les traces de pas sont identifiés dès 1931, la richesse des peintures pariétales de la cavité a longtemps été l’objet principal de toutes les études… ainsi que la datation des lieux pour connaître la ou les période(s) de réalisation des dessins qui ornent la grotte.  Au sol, les différents scientifiques avaient identifié de plus en plus d’empreintes de pas : de 4 en 1931 par Vallois, à 12 traces dans l’étude de Henri Duday et Michel Garcia en 1983.
L’équipe de chercheurs menée par Andreas Pastoors (Neandertal Museum Mettmann en  Allemagne) a tout d’abord utilisé les dernières technologies pour scanner le sol de la grotte du Pech Merle afin d’établir une référence inaltérable. Pour la lecture des traces de pas, les chercheurs allemands ont fait appel au savoir-faire de pisteurs d’une tribu de Namibie : les Ju/'Hoansi-San… Ces spécialistes de la trace arrivent à faire le profil d’un homme ou d’un animal en se basant uniquement sur les empreintes qu’il a laissées…

emplacement-empreintes-pas-pech-merle.jpg

Les nouvelles données apportées par les traceurs…

L’étude a permis de révéler de nouvelles informations sur le nombre d’individus présents, leur sexe, leur âge et  leur morphologie…  «En quelques minutes, les trois traceurs Ju / 'hoansi -San avaient repéré plusieurs empreintes qui avaient été négligées jusque-là… » indique  Andreas Pastoors .
Ces nouvelles données complètent et confirment ce que les études statistiques avaient déjà révélé partiellement sur la morphologie des « promeneurs » de la grotte. Les traceurs namibiens ont trouvé 5 nouvelles empreintes de pas, jusque-là négligées (sur les photos ce sont les traces indiquées d’un rectangle blanc), ce qui porte le nombre total à 17 empreintes.  
La méthode traditionnelle de traçage  San validée
Dans les années 90, l’Université de Cambridge a testé les résultats obtenus par les traceurs namibiens. Les interprétations des Ju/'Hoansi-San se sont avérées fiables dans 98% des cas !

La « lecture » de Ciqae , Kxunta et Thao (les traceurs namibiens) a permis de voir cinq individus marcher pieds nus dans la grotte. 
Le sujet 1
Un homme d'âge de 34-35 ans qui a laissé une seule empreinte. 
Le sujet 2
Une femme de 25 ans dont on a retrouvé deux empreintes de pied gauche (celle du pied droit n’a pas pu s’imprimer car le support était plus dur). D'après  les traceurs, l’écartement des traces indique un rythme de marche lent. Cette jeune femme, toujours pour Ciqae , Kxunta et Thao, devait être de petite taille, un peu plus de 1,32 m…
Le sujet 3
Avec ses 3 empreintes, le sujet 3 est identifié comme un jeune garçon de 9 à 10 ans, qui accélérait le pas au fur et à mesure de sa progression. Sa taille a été estimée à 1,4 m.
Le sujet 4
La tribu s’enrichit d’un quatrième membre, avec un homme plus âgé (plus de 50 ans) dont les traces indiquent qu’il marchait à un rythme rapide (60cm de distance entre les pas). Sa taille est évaluée à 1,50 m.
Le sujet 5
Une femme âgée de 30 ans, marchant à un rythme rapide. La profondeur des empreintes montre que celle-ci portait probablement une charge (comme un enfant ou un poids supplémentaire).

traces-pas-pech-merle-lemozi-duday-garcia.jpg

traces-de-pas-pech-merle-pastoor-2015.jpg

Pech-Merle: historique des découvertes des empreintes : a) Lemozi, 1929, b) Duday and García, 1983,
c) Pastoors et al., 2015, les rectangles blancs indiquent les dernières découvertes d) compilation des trois période de fouilles . En résumé, Ciqae, Kxunta et Thao voient dans ces empreintes cinq individus, de tous âges, traversant cette zone à un rythme normal et rapide. C’est presque un morceau de vie préhistorique qui est reconstitué plus de 15 000 ans après…  Pour Andréas Pastoors « Il semble difficile pour les traceurs Ju/'Hoansi-San  d'interpréter des empreintes de pas encore plus anciennes »

C.R.

Sources :AIcon3D, Researchgate, BBC

Source : Hominidés

Actualité